Trois innovations technologiques au service de la sécurité

Les drones

Bien que le drone ait une origine militaire, cette technologie est beaucoup plus ancienne que ce qu’imagine le commun des mortels, puisqu’elle remonte à la Première Guerre Mondiale comme nous le rappelle le magazine en ligne Industries et Technologies. Dans le monde civil, les drones sont devenus très utiles notamment pour l’inspection d’ouvrages et infrastructures dans le milieu de la construction, car son agilité permet l’inspection de près d’installations difficiles d’accès.

Mais c’est dans le domaine de la sécurité publique que les drones sont voués à devenir des outils de travail indispensables. Que ce soit en situation d’urgence, d’intempérie, de catastrophe naturelle ou obtenir des vues aériennes de dégâts matériels, voire constater un bilan humain précis, les drones permettent d’obtenir une vision globale d’une situation afin de pouvoir coordonner les différents intervenants.

Pour les agences de sécurité privée comme Commissionnaires du Québec, l’utilisation des drones est aussi appelée à devenir monnaie courante. C’est une technologie souple qui peut prendre différentes formes et posséder, outre une caméra, une panoplie d’équipements de pointe comme une caméra thermique, des microphones puissants, un compteur Geiger, etc. Mais c’est surtout dans le domaine de la sécurité publique que le drone devient fort utile en permettant notamment la surveillance du réseau routier, le suivi d’un événement ou d’une manifestation en plein air ou en milieu urbain, le transport de médicament d’urgence, la surveillance des feux de forêt et autres.

Reconnaissance facial

La reconnaissance faciale biométrique

Encore à l’état d’anticipation dans les films de science-fiction il n’y a pas si longtemps, la reconnaissance faciale est en voie de devenir le moyen privilégié d’identification biométrique. Ce genre de données stratégiques qui comprend également les empreintes digitales et le balayage de l’iris, sont de plus en plus considérées comme des données d’identification extrêmement fiables dans une multitude de contextes, notamment pour la protection des données personnelles, la gestion des comptes bancaires, le déverrouillage d’appareils mobiles ou pour accéder à des zones de restriction. Des exemples récents : un système de reconnaissance faciale est en place dans les principaux aéroports canadiens sans oublier le fameux iPhone X (iPhone 10) qui vient tout juste d’être présenté par Apple qui comprend une fonction déverrouillage par reconnaissance faciale.

La réalité virtuelle et augmentée

Une entreprise de technologie de Québec, OVA,a présenté au printemps sa plateforme de réalité virtuelle qui sera utilisée par la Ville de Québec pour des formations en sécurité publique. Cette technologie intègre, à un environnement immersif stimulant, la simulation de la réalité virtuelle et augmentée. Par exemple, il est possible de simuler le travail qu’un ouvrier doit effectuer pour faire une réparation sous un pont à partir d’images captées par un drone. Avec cette technologie, les intervenants en sécurité publique peuvent réaliser des simulations sans devoir se déplacer sur le terrain, ce qui représente une économie d’argent. Plus spécifiquement dans le domaine de la sécurité, la technologie de réalité virtuelle et augmentée peut aussi servir pour la formation d’agents de sécurité pour mieux identifier les dangers et les sorties de secours ou pour celles des policiers chargés de prévenir des risques imprévus comme des attentats terroristes.

 

eye-2771174_1920